Les écrits d'Isabelle - De l'importance du partage

De l’importance du partage

Partager ses élans profonds, partager les trésors de son cœur. Partager les richesses de son intime. Comment oser ? Comment se confier ? Comment se livrer ? A quelques-uns, à un ou une amie, dans des circonstances qui l’autorisent. Parce que l’égo prend le dessus, comme un verrou, comme un barrage de censures. Que va-ton penser de moi, que va-t-on dire de moi, quelle image de moi  vais-je renvoyer ? Ce moi qui n’en finit pas de verrouiller.

Faut-il se sentir menacés d’un drame, pour que l’on arrive à se libérer ? On n’a jamais autant vu de partages sur le web et sur les réseaux sociaux. Des partages de musique pour continuer de vibrer de plaisir, des visites virtuelles de musées pour nourrir l’esprit qui pourrait s’ennuyer, des vidéos de blagues pour continuer malgré tout de rire, du partage amusé des difficultés rencontrées à télétravailler ou à éduquer. Et des groupes de discussion à n’en plus finir.
Des élans qui viennent et s’expriment, et autant de personnes pour les recevoir. Du partage, du partage, du partage. Gratuit. Pour tous. De tous. Comme la plus évidente des ressources face à l’anxiété du risque de mort et face à la peur que soit porté atteinte à l’humanité. Et à notre humanité.
Le moi n’est plus le sujet. Le sujet devient les autres. Le sujet devient notre lien aux autres. Le sujet devient nous. Se rallier, être ensemble. Lorsque l’un des siens est fortement menacé ou s’en va, l’homme pleure, ouvre ses bras et les langues se délient. Comme pour soutenir la vie, on a besoin de chaleur humaine dans nos cœurs. Besoin de se retrouver, besoin de partager. Les témoignages d’affection se manifestent. Les mots sortent. Ils ont trouvé le passage. Le passage du cœur vers le dehors est ouvert. Plus de barrière, plus d’obstacle. La voix est libre.
Dans ce besoin de sentir la vie, notre égo ne compte plus. L’importance du lien prend ainsi le pas sur l’importance du moi. L’importance d’être en lien par le cœur reprend toute son évidence et l’on ose. On ose se témoigner, on ose se dire, on ose partager.

L’homme est un être de lien. Et sa manière la plus noble, la plus pure et la plus libre de créer du lien est d’exprimer ce que recèle son cœur. Le partage dans un élan de cœur forme le lien. Le lien n’est alors plus un lien d’attachement. Il n’est plus dicté par le besoin de se faire valoir ou de posséder. C’est un lien libre, respectueux et respecté. Sa valeur brille tel un trésor précieux, et il ne viendrait à l’idée de personne de se l’approprier. Le lien n’est plus qu’un canal de cœur à cœur, support à rendre visible les richesses des intérieurs.
Le partage comme un cadeau. Un cadeau à faire à l’autre, un cadeau à se faire à soi, un cadeau de et pour la continuité de la Vie. Qu’en est-il d’une fleur qui ne s’ouvrirait pas ? Qui ne laisserait pas à voir la splendeur de son cœur ? L’être, unique, est chaque fois une création de la Vie, et sa vraie nature se loge en son cœur. L’exprimer n’est que rendre grâce et La célébrer.

 

Isabelle
31 mars 2020

Écrire commentaire

Commentaires: 0