Les "saluts" du monde

« Autres temps, autres mœurs » autres pays, autres coutumes aussi, ou comment se dit-on bonjour à travers le globe :

L’Europe :

En France, Italie et Portugal, on échange deux bises sur les joues. En France la bise est une institution sacrée, et parfois ce ne sont plus deux mais trois ou quatre voire même cinq bises en Corse par exemple ! 

- Les italiens et les portugais doivent cependant faire bien attention : les premiers en effet commencent par la joue droite tandis que les seconds commencent par la gauche.

- Chez nos voisins allemands c’est un jovial « Hallo » ou un franche poignée de main.

- Au pays de Dionysos, les Grecs se tapent légèrement l’épaule de la main.

- En Espagne, les gens se font une amicale accolade (l’histoire raconte qu’initialement cela permettait de vérifier que la personne n’avait pas d’arme dans le dos)

Les Amériques :

- Au pays de l’Oncle Sam, on se lance de joyeux Hi, en évitant tout contact humain. Une allusion à l’hygiène démesurée qui leur est si chère ? mais le « hug » entre proches est fréquent.

- Au Québec, la bise demeure peu répandue, mais l’accolade est un incontournable. 

- Au Groenland on se frotte le nez, ce que l’on qualifie de “bisou esquimau”.  Les populations des igloos auraient pour habitude de se réchauffer le nez pour se saluer !

- Les latino américains : Les pays chauds réservent un accueil qui ne l’est pas moins : une accolade digne d’une amitié de longue date. Cela ressemble un peu à l’Europe et plus particulièrement à l’Espagne. En effet, en Amérique du Sud, au Mexique, les gens se font une gentille accolade. Amoureux d’histoires, vous voulez savoir pourquoi ? Tout simplement parce qu’à l’époque, cela permettait de vérifier si l’autre personne n’avait pas d’armes dans le dos (et oui, là encore).

L’Asie :

Au Moyen-Orient, Arabie saoudite, Abu Dhabi ou Dubaï on observe un étrange rituel : une poignée de main suivie d’un frottement de nez. Les cheiks se font un bisou sur le nez! “Evidemment”, cela ne vaut que pour la rencontre entre deux hommes mais interdite entre un homme et une femme…

- En Russie une poignée de main suffit pour se saluer, tant qu’elle est très vigoureuse et qu’elle n’a pas lieu sur le seuil de la porte mais dans la maison. Secousses intenses lors de la poignée de main ou étreinte corsée, car on ne badine pas avec le salut !

- En Mongolie, on a pour habitude d’offrir une écharpe, le “hada”, en signe de salutation.

- En Inde en revanche, la poignée de main doit être très délicate et on ne peut pas serrer la main à n’importe qui : seules les personnes du même sexe peuvent le faire, tandis que lorsque l’on rencontre une personne plus âgée, la tradition veut que l’on s’incline pour lui toucher les pieds.

Le geste « Namasté » symbolise la croyance qu'il existe une lumière divine en chacun de nous, située dans le chakra du cœur. Ce geste est un signe de reconnaissance d'une âme envers une autre âme. « Nama » signifie s'incliner, « as » signifie je, et « té » signifie toi. Namasté signifie donc « je m'incline devant toi ». Joignez vos mains en signe de prière et élevez-les près de votre visage en déclarant “Namaste.

- Au Tibet c’est une grimace interdite aux enfants en occident, avant de se saluer, on tire légèrement la langue. C’est pour montrer qu’ils n’ont pas la langue noire, caractéristique d’un roi tibétain tyrannique du 9e siècle.

 

- Au Japon, s’incliner respectueusement en révérence tête vers le bas, voilà la façon de dire bonjour. A propos de révérence, il en existe trois qui correspondent à trois types de saluts différents à utiliser pour différentes occasions en inclinant le buste. « L’eshaku » est une révérence à 15 degrés à utiliser lors des occasions formelles, le « keirei » est une révérence à 30 degrés que l’on utilise lorsque l’on rencontre quelqu’un qui occupe un grade plus élevé dans l’échelle sociale, tandis que le « saikeirei » est une révérence profonde (courbé) que l’on utilise avec des personnalités importantes, comme l’Empereur par exemple.

- Aux Philippines, le « pagmamano » est le typique salut que le peuple philippin réserve aux personnes plus âgées pour leurs manifester le respect qui leur revient : on approche son front à la main de la personnes que l’on souhaite saluer et on presse son propre front contre sa main; ce geste est vu comme une bénédiction pour celui qui l’accomplit et c’est pourquoi il faut demander la permission avant de le faire.

- La Thaïlande, pays du sourire, à son propre geste traditionnel pour saluer les autres.

Comme dans presque tout les pays d’Asie, les contacts physiques entre les personnes sont rares sauf entre personnes de la même famille. Pour se saluer en Thaïlande, on utilise le geste traditionnel le « wai » (prononcé wouaye).  le faire, il suffit de joindre ses paumes de main, doigts tendus, à la hauteur de la poitrine, et d’incliner légèrement la tête selon la situation ou la personne en face de vous ! Attention à ne pas lever trop haut les mains (au-dessus de la tête) ou cela serait considéré comme un geste insultant

- Au Cambodge et en Indonésie aussi on évite les poignées de main et généralement n’importe quel contact physique entre inconnus ou connaissances. L’usage veut que l’on se salue en faisant une révérence en ayant les mains jointes au centre de la poitrine.

 

L’Océanie :

- En Nouvelle Zélande on se salue en se faisant du « nez à nez » comme les esquimaux. 

- Le peuple Maori quant à lui a un salut bien particulier qui s’appelle hongi. C’est un peu une version revisitée du salut Néo-Zélandais: alors que l’on sert la main de la personne que l’on rencontre, on la regarde dans les yeux et on s’approche lentement jusqu’à ce que le nez et le front se touchent. À ce moment on ferme les yeux et on reste ainsi pendant quelques secondes.

- Dans les îles de Tuvalu on se colle la tête aussi, mais au lieu de coller son nez comme en Nouvelle-Zélande, il suffit juste d’inspirer et de prendre une bonne bouffée d’air… .

 

L’Afrique :

- Au Maghreb, l’hospitalité se ressent aussi dans les gestes. En effet, pour se dire « bonjour », on met la main sur la cœur en disant « la paix soit avec vous ». On s’embrasse et se serre dans les bras entre hommes, mais à moins d’être très proches pas d’embrassades entre hommes et femmes. 

- Au Congo, quand les hommes se saluent, ils se serrent la main, se cognent le milieu du front, puis un côté, puis l’autre et à nouveau le milieu du front. Des variantes existent dans d’autres pays et ce système équivaut à la bise pour les hommes Les jeunes ne s’embêtent pas à faire ça par contre.

- Au Botswana on se serre non pas la main, mais LES mains ! C’est à dire qu’on se serre la main normalement, puis on ajoute l’autre main l’une après l’autre, de façon à former une petite mêlée de mains.

- Pour le Kenya c’est sportif, puisque c'est le saut en hauteur qui est de rigueur.

 

Bonus :

"Sawabona" est une très jolie coutume des tribus du nord du Natal en Afrique du Sud pour se saluer.

« Sawabona » signifie "je te vois" comme pour dire: "je te respecte et te reconnais pour celui que tu es." en retour les gens disent "Sikbona" ce qui signifie littéralement: "je suis ici." Pour dire "quand vous me voyez, vous me faites exister et je suis bon".

En utilisant le langage de l’amour, cette tribu se rappelle chaque jour que chacun est spécial et bon, et même si quelqu’un agit mal il n’est jamais trop tard ou trop tôt pour devenir la personne que vous voulez être… n’est-ce pas joli ?

 

Oumnia Boivin

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Mimi (jeudi, 23 avril 2020 21:01)

    Chouette!

  • #2

    Alexandra B (vendredi, 24 avril 2020 13:46)

    Merci Oumnia ! très joli tout cela :)
    Namaste !