Le rêve d'Oumnia inspiré par celui de Martin Luther King

« I have a dream »

 

Le pasteur Martin Luther King prononçait un discours le 28 aout 1963 dont voici un petit extrait « …Ce n’est pas le moment de s’offrir le luxe de laisser tiédir notre ardeur ou de prendre les tranquillisants des demi-mesures. C’est l’heure de tenir les promesses de la démocratie… »

 

« Ce qui était impensable est advenu » Emmanuel Macron discours du 16/03/2020 `

 

Cette année 2020 sera définitivement marquée par cette pandémie qui vient ébranler la confiance en un certain ordre universel qui nous dépasse. Cette crise sanitaire, n’en doutons pas, laissera des traces et des interrogations sur la nature de nos relations sociales empreintes d’individualisme et d’égoïsme. Elle nous aura également montré, que nous pouvions limiter notre consommation au strict nécessaire. Que nous étions capables de créer des chaines de solidarités, que nous étions capables d’adaptation pour travailler, enseigner, s’éduquer, de divertir en s’appuyant sur des supports dématérialisés. Mais au-delà de toute autre considération, ce confinement nous aura permis de diminuer considérablement notre empreinte carbone et fait place à la nature pour s’exprimer ! Ce qui était inconcevable impose aujourd’hui sa faisabilité. Dans chaque crise majeure, la question du sens surgit avec force et nous interpelle.

 

Alors « Je fais un rêve »

 

Je rêve que nous sortirons grandis de cette pandémie qui s’est invitée à notre insu, qu’elle nous servira à enrichir nos expériences, qu’elle nous permettra de capitaliser sur ses enseignements afin de nous pousser à trouver des solutions éthiques et résilientes pour un autre modèle sociétal.

 

Je rêve que nous allons vers la lumière de la raison dans une meilleure version de nous mêmes. Je rêve que cette parenthèse nous insufflera le courage de développer notre propre sagesse pour réinventer une société plus juste, plus respectueuse de la planète et des humains et surtout plus durable.

 

Je rêve que nos consciences s’éveillent pour ne plus fermer les yeux sur la misère des plus vulnérables, sur l’extrême précarité de certains, les enfants morts de famine, les réfugiés, les apatrides, de la folie des hommes et je rêve que nous allons transcender nos particularités économiques, idéologiques ou raciales pour un monde plus juste…

 

Je rêve d’un monde arc-en-ciel où l’interculturalité, l’échange, le dialogue et le partage de nos savoirs nous ouvrira des perspectives nouvelles dans le respect mutuel de chacun.

 

Je rêve que nous revenions à l’essentiel en ayant du travail générateur d’estime de soi, mais en passant également du temps avec nos enfants et nos familles, dans un temps générateur de bien-être.

 

Je rêve que tous les travailleurs invisibles soient valorisés, je pense à toutes ces activités non génératrices de profits et qui créent pourtant de la valeur, beaucoup de valeur ajoutée, je pense notamment aux mamans au foyer, aux bénévoles associatifs, aux personnes qui trient leurs déchets, à nos séniors…

 

Je rêve que notre santé soit au cœur de nos préoccupations dans une démarche holistique. Je rêve que nous misions sur la prévention. Que nous éduquions nos jeunes à la santé, en les sensibilisant sur l’impact environnemental de nos modes de vie, à la qualité de l’eau, de l’air, d’une alimentation saine, de la baisse de la pollution et de la préservation du vivant.

 

Je rêve que demain nous trouverons des alternatives acceptables contre les pesticides et autres perturbateurs endocriniens pour nous éviter d’autres crises.

 

Je rêve de l’aménagement de nos territoires loin des métropoles pour retrouver une juste place d’un travail au service du collectif.

 

Je rêve de cette opportunité pour trouver des alternatives au morcellement de l’emploi par l’automatisation ou la délocalisation.

 

Je rêve d’un monde où le consumérisme effréné et l’obsolescence programmée nous apparaitraient superflus pour mieux nous raccorder à l’essentiel.

 

Je rêve enfin que tout cela arrive, que tout ce qui semblait illusoire soit aujourd’hui réalité.

 

J’ai des rêves à l’infini, mais presque palpables, et je voudrais pour clore emprunter cette phrase à Antoine de Saint Exupéry :

 

« Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve une réalité. »

 

Oumnia Boivin

Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    PROST (vendredi, 01 mai 2020 15:25)

    Puisse votre rêve se réaliser ,ne serait-ce qu'en partie! Celui de Martin Luther King était si beau et pourtant si simple!

  • #2

    Stephanie (vendredi, 01 mai 2020 20:19)

    Merci pour ce texte très inspirant ! Tout est dit.... J’espère que bcp de personnes auront envie d’être acteur de ce changement et repousseront les immobilistes.

  • #3

    Elisabeth (samedi, 02 mai 2020 00:57)


    Un moment de pur bonheur...
    Merci mille fois.
    Je ne sais que dire...j en ai les larmes
    aux yeux..
    Et j aurais envie que nous osions tous le dire, indépendamment de cet épisode de paranoïa mondial :

    ...Yes, we can!

    Grosses grosses bises

  • #4

    Marie-Jo (samedi, 02 mai 2020 12:48)

    Tout pourrait être si simple et si facile si chacun, chacune d'entre-nous abandonnait son Ego pour une descente en lui-même afin de méditer sur la notion du mot Devoir....envers lui-même, sa famille, sa patrie, l'humanité.
    Voilà très chère Oumnia ce que m'inspire ta profonde et très belle réflexion.
    Je t'embrasse
    Marie-jo

  • #5

    Noelle (samedi, 02 mai 2020 16:11)

    Merci à Oumnia pour cette grande invitation à élargir et hausser notre regard dans le champ de tous les jours, devant nos choix et nos attachements. Beaucoup s'y sont déjà attelés, avant le gros signal du Covit, appelés "fous" "irresponsables" "utopiques" "rêveurs" ….coucou à eux tous !

  • #6

    sylvie (lundi, 04 mai 2020 14:46)

    Merci pour ce texte. Je partage ton Rêve Oumnia ! Pour passer du rêve a la réalité il va nous falloir mutualiser nos énergies afin de ne pas partir dans tous les sens.. .