Hormone du bonheur - L'endorphine

Endorphine, hormone du plaisir et anti-stress naturel du sportif

L’endorphine, ou endomorphine, est une des catégories d’hormones sécrétées par notre corps lors d’une pratique physique.

Ce sont Hans Kosterlits et John Hugues, 2 neuro-scientifiques écossais, qui furent les premiers à faire sa découverte … c’était en 1970, dans le cerveau du cochon. Ils démontrèrent alors que cette « substance » était naturellement produite par le corps, qu’elle se trouvait au niveau du système digestif, de la moelle épinière et du cerveau.

Une fois sécrétée, elle se disperse dans le système nerveux central, les tissus de l’organisme et le sang.

Les bénéfices pour l'organisme :

Cette hormone est souvent à l’origine de sensations de plaisir, mais cache de nombreux autres bénéfices sur notre organisme :

Anxiolytique : Les endorphines se lient aux mêmes récepteurs que la morphine. De fait, vous pouvez observer une diminution de l’anxiété et du stress plusieurs heures après votre entrainement . Faire du sport permet ainsi de vous détendre.

Euphorique : l’euphorie se caractérise par un sentiment de bien-être, d’épanouissement et de soulagement. Cet effet permet d’augmenter l’estime de soi.

Anti-fatigue : même lorsque l’effort à produire nous parait difficile, nous parvenons souvent à le réaliser. Ceci peut s’expliquer grâce à l’effet anti-fatigue qu’apportent les endorphines en agissant sur nos fonctions cardiaques et respiratoires.

Addictif : le sport est addictif, c’est bien connu. Cela doit vous pousser à vous entraîner régulièrement (2-3 fois par semaine) tout au long de votre vie. Ceci améliorera grandement votre santé et votre espérance de vie. Mais en cas de blessure, il faut adapter sa pratique à ses possibilités du moment et se montrer patient.

Antalgique : les endorphines ont pour action de diminuer les douleurs d’ordre musculaire, articulaire ou tendineuse, à l’image de la morphine. Mais être à l’écoute de son corps est primordial pour éviter la blessure.

Les endorphines et le sport :

Les endorphines sont donc libérées par le cerveau (plus précisément par l’hypothalamus et l’hypophyse) dans les situations de stress, qu’il soit psychologique ou physique, mais de façon plus significative pendant et après la pratique de sport, notamment de la course à pied, mais pas seulement ;

Concrètement, la quantité d’endorphine augmente pendant l’exercice et atteint 5 fois les valeurs de repos, 30 à 45 mn après l’arrêt de l’effort. Le taux d’endorphine est directement lié à l’intensité (il faut maintenir l’effort pendant une demi-heure tout en gardant un rythme dit confortable en endurance, c’est-à-dire comprise entre 50 et 70% de la Fréquence cardiaque de réserve), et à la durée de l’exercice, mais aussi de l’activité physique.

Les sports d’endurance sont les plus endorphinogènes : le jogging, le vélo, la natation, les balades en raquettes ou en ski de fond, les sports en salle (type cardio training, rameur, tapis de course…), mais aussi l’aérobic, le step, les activités à efforts fractionnés (interval  training), l’athlétisme, les sports collectifs, le tennis…

 

Bref, tous les sports vous rendant heureux, pratiqués à une intense modérée ou soutenue durant à minima 30 minutes, permettent de libérer une dose massive d’endorphines. Il serait donc dommage de s’en priver. C’est un médicament anti-stress naturel à utiliser sans modération….

Pour conclure, vous l’avez compris, les endorphines apportent de nombreux bienfaits. Également appelés hormones du bonheur, du plaisir ou du bien -être, les endorphines ne vous veulent que du bien. Sécrétées par le cerveau lors de la pratique sportive, elles agissent en continu pour procurer un sentiment de satisfaction pendant mais également plusieurs heures après votre entrainement .

Vous avez un coup de mou ? Vous êtes sujets à la dépression ? Chaussez vos baskets et partez libérer vos endorphines !!

Écrire commentaire

Commentaires: 0